La seconde phase des journées d’intégration qui fut organisée un peu plus tard consiste en un admirable voyage à Chefchaouen.

Bâtie à 600 mètres d’altitude au pied des monts Kelaa et Meggou, Chefchaouen, ville typique du nord ouest marocain tire son nom de l’Amazigh Rifain Achawen signifiant « les cornes », en raison des sommets montagneux qui dominent et entourent la ville. Rappelons qu’elle a été fondée en l’an 876 de l’hégire, 1471 de l’ère chrétienne, par My. Ali Ben Moussa Ben Rached El Alami.

La fondation de cette ville avait pour but de protéger la population contre la conquête portugaise et espagnole. Dès la fin du XVe siècle, les andalous et les morisques qui s’y installent en font une cité prospère, lui imposant la réclusion : les chrétiens n’ont pas accès à la ville, sous peine de mort.

L’ ESCG n’a pas manqué de visiter tout ce dont dispose la ville dans le domaine du tourisme : l’ancienne médina avec la kasbah, la source de Ras El Maa (à 3 km de la ville de Chefchaouen), etc.

Nos escgistes ont tous relevé que Chefchaouen recèle de potentialités importantes et diversifiées constituées notamment de monuments historiques. La ville compte un important patrimoine religieux : 20 mosquées et oratoires, 11 zaouïas et 17 mausolées. Ceci lui a valu le nom de El-Madina Es-Saliha (la Ville sainte).

Bon à savoir : Le 20 novembre 2010, la ville connut un grand événement historique. En effet, ce jour-là, Chefchaouen a été inscrite au patrimoine de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). Cette inscription a été rendue possible grâce à la Diète méditerranéenne laquelle se caractérise par un modèle nutritionnel demeuré constant dans le temps et dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou séchés, une proportion limitée de poisson, des produits laitiers et viande, et de nombreux condiments et épices.